Scénario au profit du PHTK

Par Marie Laurette Numa, Haïti Liberté, édition du 1er au 7 mai 2019 

Les derniers événements viennent de faire ressortir avec une grande netteté tout ce que nous n’avons jamais cessé de dévoiler dans nos colonnes que le banditisme et l’insécurité opérant dans le pays sont programmés par les classes dominantes alliés des forces impériales pour mieux régner sur la population. Voilà qu’aujourd’hui suite à l’assassinat du chef bandit de Carrefour-Feuille, Jean Sony, plus connu sous le nom de Tije à Delmas 83,  la population de cette zone se sent soulagée et le pouvoir en tire politiquement profit. 

A entendre le secrétaire d’Etat à la communication, Eddy Jackson Alexis, le gouvernement entier est satisfait de l’élimination bien orchestré  de Tije, un mercenaire criminel qui faisant la loi ; mais ce que la population ignore, ce bandit est une création, un produit du système. Il n’est pas le premier et il ne sera pas le dernier tant que ce système existe. 

Certes, Tije a été deux fois victimes, la première c’est du fait que le système avait converti ce mécanicien de profession en bandit criminel pour résoudre ses  propres objectifs.  Le second pour l’avoir assassiné sous le fi effé prétexte de toujours, c’est-à-dire d’échanges de coups de feu avec la police pour faire dormir les naïfs. 

Pourquoi le gouvernement du PHTK, un repaire de bandits légaux avec les Sonson Lafamilia, les Gracia Delva, Youri Latortue, Joseph Lambert, Arnel Joseph pour ne citer que ceux-là, puisqu’ils sont nombreux,  a-t-il choisi d’effacer  Tije au lieu de le maîtriser pour  l’interroger sur les provenances de son arsenal d’armes. Est-ce pour effacer certaines pistes ? L’élimination physique de Jean Sony ne doit pas dédouaner le pouvoir, puisqu’il est complice du banditisme tout comme Arnel et Tije. 

Le président Jovenel Moise ne circulait-il pas lors de sa campagne électorale avec le mercenaire Guy Philippe ? Son prédécesseur du même acabit Michel Martelly ne fonctionnait-il pas toujours avec Roro Nelson et Sonson Lafamilia ? La population haïtienne doit comprendre l’enjeu et que l’ennemi, le vrai n’est pas réellement Arnel Joseph et Jean Sony puisqu’ils ne sont que des instruments au service d’un système travaillant sous les ordres d’autres chefs dont certains ont tué même des juges. 

Par ailleurs le sénateur de l’Artibonite Gracia Delva,  vient d’être expulsé de son parti Ayiti An Aksyon (AAA), de Youri Latortue un ancien allié du PHTK. Des organisations de défense de droits humains et de la société ont également sollicité la levée de l'immunité du Sénateur Delva. 

La police annonce que le chef de gang Arnel Joseph vient d’être blessé au cours d’une opération policière. Le timing des actions du pouvoir est très questionnable. Pourquoi tout cet effort maintenant, et pas avant ? Tout ce scénario est pour la consommation nationale. 

Une seule chose est certaine, elle fait l’affaire de Jovenel Moise et de sa clique PHTKiste au pouvoir.