Communications téléphoniques fréquentes entre le chef de gang Arnel Joseph et le sénateur Gracia Delva

Par InfoHaitiNet, Haïti, publié le 24 avril 2019 

Le président de la commission Sécurité et Justice du Sénat de la République, Jean Renel Sénatus, a confié au journal Le Nouvelliste avoir reçu du Conatel le relevé des communications téléphoniques entre le numéro 3854 9524 du chef de gang Arnel Joseph et le numéro 3170 22 81 du sénateur de l’Artibonite Gracia Delva, allant du 15 janvier au 1er mars 2019. 

« Ces relevés montrent que 24 appels ont été passés entre le numéro du sénateur et le numéro de Arnel du 7 au 22 février 2019 », a expliqué le président de la commission Sécurité et Justice du Sénat de la République, soulignant que le 3170 2281 est « effectivement le numéro utilisé par le sénateur ». Certains de ces appels ont duré plus de dix minutes, l’un 15 minutes 32 secondes, a expliqué le sénateur Jean Renel Sénatus, interrogé ce mardi 23 avril 2019, en milieu d’après-midi à sa sortie de la DCPJ avec les sénateurs Ralph Fethière, Jean Marie Salomon, Ronald Larêche et Kedlaire Augustin, dans le cadre d’une enquête diligentée à la demande de deux organismes de défenses de droits humains début mars sur les liens existant entre le sénateur et le chef de gang qui avait paradé à Port-au-Prince lors d’une manifestation de l’opposition en février dernier. 

« Nous allons écrire au sénateur afin qu’il se mette disponible pour être auditionné par la commission demain mercredi à 10 heures », a indiqué le sénateur Jean Renel Sénatus. « Après, la commission soumettra son rapport à l’assemblée des sénateurs aux fins utiles et de droit », a poursuivi le sénateur exprimant la volonté d’aller plus loin, d’avoir encore plus de lumière sur ce dossier. 

Le coordonateur du Réseau national de défense des droits humains, Pierre Espérance, au courant que la commission Sécurité et Justice du Sénat dispose de ces relevées, est allé encore plus loin en affirmant que « c’est le sénateur Gracia Delva qui a amené Arnel parader à la capitale ». «Ils ont beaucoup communiqué », a affirmé Pierre Espérance.  L’autre sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, interrogé par le journal, a exprimé le désir que la lumière soit faite. Le sénateur Latortue, en tant que responsable du parti AAA, avait écrit au sénateur Gracia Delva pour l’inviter à faire la lumière sur les affirmations d’opposants et la clameur publique concernant son rôle dans la venue de Arnel et de ses hommes armés à Port-au-Prince sur demande du président Jovenel Moïse. À la suite de cette correspondance, le parti AAA a connu une série de défections dans ses rangs. 

La venue à Port-au-Prince du chef de gang Arnel Joseph, le 14 février 2019, a infléchi le mouvement « peyi lòk ». 

Le journal a tenté sans succès de rentrer en contact avec le sénateur Gracia Delva. Le chef de gang Arnel Joseph, qui s’est retranché dans l’Artibonite, s’est enfui lors d’une opération menée par la police. 

Le journal a appris que Arnel Joseph a perpétré pas moins de 4 enlèvements contre rançons ces derniers temps. Les hommes de Arnel Joseph et ceux du gang de Savien, à côté des vols de plusieurs véhicules, s’adonnent aussi à des viols. Les hommes de Savien ont intercepté un bus rempli de missionnaires à L’Estère. Les bandits ont violé toutes les femmes dans ce bus, a indiqué avec indignation une source policière, outrée que certains médias donnent la parole à ce bandit arrêté en 2011 pour détention illégale d’arme à feu avant son évasion en 2017.